Pourquoi traiter l’eau ? Est-ce vraiment utile ?

Le traitement de l’eau par les pouvoirs publics.

L’eau, composante majeure du corps humain (60%), est indispensable pour vivre. Les travaux de Pasteur (fin du 19ème siècle) et les premières analyses bactériologiques ont largement contribué à la prise de conscience de la nécessité d’une eau de qualité pour la santé.

Aujourd’hui, si la potabilité de l’eau en France, telle que définie par l’OMS et l’UE, exclut les épidémies d’origine hydrique des siècles précédents dans l’hexagone (fièvre typhoïde, choléra, hépatites A, B, méningite, polio, diarrhée, cancer, saturnisme…), l’eau polluée décime encore malheureusement chaque année dans le monde plus de 2 millions de personnes en raison de l’insuffisance voire de l’absence de structures d’assainissement et de traitement des eaux.

Pour satisfaire aux 54 paramètres de potabilité définis par un décret de décembre 2001 (organoleptiques, physico-chimiques, microbiologiques…), les eaux en France subissent de nombreux traitements et contrôles tout au long de leur circuit, depuis le captage de l’eau brute par la station de pompage jusqu’au robinet en passant par les stations de traitement et retraitement :

• le tamisage permet d’éliminer les gros débris ;
• la phase de clarification (filtres et bassins de décantation) élimine les particules plus fines ;
• la phase de désinfection (chlore, ozone, ultraviolets) permet d’éliminer les bactéries pathogènes ;
• selon la provenance et la nature de l’eau, d’autres traitements sont apportés pour corriger la dureté, une pollution accidentelle (nitrates, pesticides…).

Il incombe aux mairies de veiller à la qualité de l’eau du robinet dans les communes et d’informer les utilisateurs des paramètres de potabilité de l’eau distribuée.

Malgré les traitements de l’eau, les français restent méfiants …

Si l’eau du robinet en France est majoritairement de bonne qualité et ne présente aucun risque pour la santé, des études sérieuses de consommateurs, d’ONG, d’auditeurs indépendants… sèment le doute et poussent les consommateurs à se tourner de plus en plus vers l’eau embouteillée et les solutions de traitement individuel (adoucisseur d’eau, osmoseur, carafe filtrante..).

WWF France par exemple, dans un récent rapport de 2011, s’interroge sur l’effet cocktail méconnu de trop nombreux polluants dangereux retrouvés dans certaines eaux (robinet et en bouteilles) et préconise une meilleure protection des sources d’eau potable en amont.

Au niveau des petites localités rurales plus exposées à la pollution d’origine agricole, l’insuffisance des moyens humains expliquerait des dysfonctionnements au niveau du contrôle des paramètres physico-chimiques et microbiologiques qui influent largement sur la potabilité de l’eau du robinet.

Un désagréable goût de chlore parfois ainsi que les désagréments d’une eau trop calcaire incitent également les consommateurs à se tourner vers les eaux en bouteilles et les solutions individuelles de filtration.

Si l’odeur et le goût de chlore peuvent aisément disparaître en laissant ‘s’aérer’ l’eau et en ne la buvant pas immédiatement à la sortie du robinet, les désagréments liés au calcaire sont plus problématiques et nécessitent, lorsque l’eau est très dure, un traitement approprié.

Un adoucisseur d’eau installé au point d’arrivée d’eau potable, en captant et remplaçant les sels de calcium et magnésium responsables des dépôts de tartre par des sels de sodium, permet de réduire considérablement la dureté d’une eau trop calcaire responsable :

• de l’encrassement des tuyauteries et d’une surconsommation des appareils électroménagers dont la durée de vie se réduit ;
• d’une surconsommation des produits lessiviels ;
• d’une augmentation de la consommation d’énergie ;
• de l’assèchement du linge, de la peau…


Afin de recevoir notre livre blanc gratuit, merci de bien vouloir compléter le formulaire ci-dessous:

J'accepte de recevoir des informations complémentaires pour éliminer définitivement le calcaire de mon eau.
* Informations obligatoires